Business

Optimisez le financement du cycle d’exploitation de votre entreprise pour assurer sa croissance et sa rentabilité

Published

on

Dans cet article, nous allons parler du financement du cycle d’exploitation, un aspect essentiel pour les entrepreneurs qui souhaitent créer leur entreprise. En effet, en plus des investissements initiaux, il est important de disposer d’une source de financement pour couvrir les dépenses courantes et maintenir le bon fonctionnement de l’entreprise.

Le financement du cycle d’exploitation peut être divisé en deux catégories principales : le financement à court terme et le financement des pertes ponctuelles de rentabilité. Le chef d’entreprise doit être en mesure d’identifier les solutions adaptées à chaque situation.

Le financement à court terme est nécessaire pour répondre aux besoins quotidiens de l’entreprise tels que le paiement des fournisseurs, les salaires des employés ou encore les charges courantes. Il existe différentes options pour obtenir ce type de financement, comme les lignes de crédit bancaire, l’affacturage ou encore le découvert autorisé.

En ce qui concerne les pertes ponctuelles de rentabilité, il est important d’avoir une solution de secours pour faire face à ces situations imprévues. Cela peut inclure la souscription d’une assurance adaptée ou la constitution d’une réserve financière.

Il est essentiel pour les entrepreneurs de comprendre l’importance du financement du cycle d’exploitation et de trouver les solutions qui conviennent le mieux à leur situation. Cela leur permettra de maintenir une bonne gestion financière et d’assurer la pérennité de leur entreprise.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le financement du cycle d’exploitation et découvrir nos outils pour vous aider à financer votre activité, n’hésitez pas à consulter notre blog.

Le cycle d’exploitation, quésaco ?

Le cycle d’exploitation est une série d’opérations répétitives qui sont essentielles pour une entreprise. Cela va de l’achat des matières premières à la vente des produits finis. La durée de ce cycle peut varier en fonction de l’activité de l’entreprise et du nombre d’étapes nécessaires à la fabrication de son offre. Avant de pouvoir encaisser le prix de ses produits, l’entreprise doit donc financer toutes ces étapes du cycle d’exploitation, en plus des autres charges. C’est un aspect crucial de la gestion financière d’une entreprise.

Un exemple concernant le cycle d’exploitation

Imaginez une entreprise qui fabrique un produit chaque mois en dépensant 60 euros en matières premières, 20 euros en salaires et 10 euros en charges diverses. Elle vend ensuite ce produit fini pour 100 euros et reçoit le paiement trois mois plus tard. Cela signifie que l’entreprise doit couvrir toutes ses dépenses pendant trois mois, soit un total de 270 euros, avant de pouvoir encaisser les revenus de ses ventes à la fin du troisième mois. Ce besoin financier pour couvrir le cycle d’exploitation avant de recevoir les paiements de ses clients est appelé Besoin en Fonds de Roulement (BFR). Le défi consiste à consolider ces ressources financières pour faire face à ces besoins en fonds de roulement et assurer la continuité des activités de l’entreprise. La solidité financière de l’entreprise dépend de la rentabilité de son cycle d’exploitation : son chiffre d’affaires et sa marge bénéficiaire, ainsi que sa politique de gestion qui lui permet d’augmenter ses ressources.

Les modalités de financement des activités de l’entreprise

Les fonds propres

Lorsque l’entreprise a besoin d’argent supplémentaire en dehors de ses revenus, elle peut utiliser ses fonds propres. Les fonds propres sont constitués du capital social, des réserves légales et facultatives, ainsi que des reports à nouveau. Ces ressources financières permettent à l’entreprise d’être solide sur le plan financier. Cependant, il est important de ne pas en abuser, car cela pourrait compromettre l’avenir de l’entreprise et rendre l’obtention de crédit coûteuse, voire impossible. C’est pourquoi il est essentiel pour les entreprises de rechercher d’autres alternatives moins risquées pour répondre à leurs besoins de financement à long terme.

Le recours aux financements externes

Lorsque le cycle d’exploitation d’une entreprise ne permet pas de couvrir ses besoins en fonds de roulement et que ses fonds propres sont insuffisants, il existe des possibilités de financement externe auprès des banques. Ces solutions peuvent être utilisées de manière temporaire, suite à un accident de trésorerie ou à un problème ponctuel dans le cycle d’exploitation, comme de gros investissements récents ayant épuisé les ressources de l’entreprise.

L’une de ces possibilités est le découvert bancaire, qui consiste en une autorisation de rendre le compte bancaire de l’entreprise débiteur, c’est-à-dire avec un solde négatif. Cette option comporte des frais et des commissions à payer, et est rarement accordée aux nouvelles entreprises.

Une autre solution est l’escompte bancaire, qui permet à l’entreprise de se faire avancer le paiement d’une facture par la banque dès son émission, notamment en cas de délai de paiement long accordé au client. Cette avance est réalisée moyennant des intérêts et une commission.

L’affacturage est une option qui consiste à faire intervenir une société spécialisée dans la gestion des créances clients. Cette société rachète la créance de l’entreprise, lui verse immédiatement le montant et se charge ensuite du suivi du règlement par le client. Cette alternative permet à l’entreprise d’être assurée contre les risques d’impayés, mais comporte une commission pouvant représenter entre 5% et 20% du montant de la créance.

La loi Dailly permet à une entreprise de présenter un ensemble de factures non réglées sur un seul bordereau à une banque, qui accepte de payer le montant hors taxe de ces créances moyennant une commission. Toutefois, cette pratique est peu utilisée car les banques n’acceptent que les clients solvables, généralement ceux des grandes sociétés.

Enfin, le crédit de campagne est destiné aux entreprises ayant une activité saisonnière et un besoin important de financement à court terme. Il peut s’agir d’une somme d’argent prêtée à l’entreprise ou d’une avance sur le montant d’un billet à ordre.

Il est également possible pour une entreprise d’obtenir une facilité de caisse, c’est-à-dire une autorisation de devenir débitrice auprès de sa banque pour quelques jours par mois ou par trimestre, au-delà du découvert autorisé.

Ces solutions de financement externe peuvent être utilisées en cas d’urgence ou dans le but de préserver les fonds propres de l’entreprise. Cependant, il est important de prendre en compte les frais et commissions associés à ces options avant de prendre une décision.

Conclusion : bâtir une politique de financement du cycle d’exploitation

Lorsqu’il s’agit de trouver une solution de financement à court terme pour votre entreprise, le choix peut être difficile. Il existe de nombreuses options différentes, et il est important de prendre en compte votre situation et votre profil avant de prendre une décision. Heureusement, les experts-comptables sont là pour vous aider dans cette tâche. Profitez de leur expertise pour mettre en place une politique de financement adaptée à vos besoins. Téléchargez l’article en PDF pour en savoir plus.

Quitter la version mobile