Business

Découvrez comment calculer facilement le seuil de rentabilité et le point mort pour votre entreprise

Published

on

Le seuil de rentabilité et le point mort sont des concepts importants pour les créateurs d’entreprise et les chefs d’entreprise. Ils permettent de savoir combien de chiffre d’affaires il faut réaliser pour couvrir les charges et commencer à gagner de l’argent. Mais parfois, le calcul de ces notions peut être compliqué. Alors, qu’est-ce que le seuil de rentabilité et comment le calculer ? Et quel est la différence avec le point mort ? C’est ce que nous allons découvrir dans cet article. Restez avec nous !

Qu’est-ce que le seuil de rentabilité ?

Le seuil de rentabilité, également appelé break-even, est un concept crucial dans le monde des affaires. Il représente le montant minimum de chiffre d’affaires qu’une entreprise doit réaliser pour être rentable. En d’autres termes, c’est le moment où l’entreprise commence à générer des bénéfices. C’est une étape importante dans le développement de toute entreprise.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le seuil de rentabilité et comment le calculer, n’hésitez pas à consulter nos outils de financement disponibles pour vous aider dans votre activité.

Quand faut-il déterminer le seuil de rentabilité?

Le seuil de rentabilité est un indicateur important à prendre en compte lors de moments clés d’une entreprise. Il apparaît souvent lors de la création de l’entreprise et fait partie du prévisionnel financier, qui est la partie chiffrée du business plan. Passer le seuil de rentabilité est une étape cruciale et c’est souvent célébré par les jeunes entreprises incubées, car cela prouve que le projet « tient la route » et a réussi cette étape importante.

Le seuil de rentabilité doit également être surveillé régulièrement. Son évolution donne des premières indications intéressantes sur le poids et l’équilibre des charges dans l’entreprise. C’est un premier signe d’alerte en cas de dépassement des charges, combiné à d’autres indicateurs. Enfin, le seuil de rentabilité peut également être mesuré pour une catégorie de produit spécifique, un projet défini ou un établissement en particulier.

Si vous souhaitez gérer votre entreprise de manière efficace, n’hésitez pas à découvrir nos outils adaptés !

Nature des charges et seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité ou le point mort est un calcul important pour les entreprises. Il permet de déterminer le chiffre d’affaires minimum nécessaire pour couvrir toutes les charges, qu’elles soient fixes ou variables. Les charges variables évoluent en fonction du chiffre d’affaires, tandis que les charges fixes restent stables indépendamment du montant du chiffre d’affaires réalisé.

Pour atteindre le seuil de rentabilité, le chiffre d’affaires annuel doit être égal à la somme des charges variables et des charges fixes. Cela signifie que le résultat net est égal à zéro.

Lors de la création d’une entreprise, il est important d’estimer les charges prévisionnelles et de bien distinguer les charges fixes des charges variables. Dans certains cas, il peut être utile de faire appel à un expert-comptable ou à un consultant pour obtenir une analyse précise.

En résumé, le seuil de rentabilité est un indicateur clé pour les entreprises, leur permettant de déterminer le niveau de chiffre d’affaires nécessaire pour couvrir leurs dépenses.

Les charges fixes et le seuil de rentabilité

Les charges fixes sont des dépenses qui ne varient pas en fonction de l’activité de l’entreprise. Elles sont liées au fonctionnement et à la structure de l’entreprise, et sont généralement payées régulièrement, souvent mensuellement. Parmi ces charges fixes, on trouve le loyer, les assurances, la téléphonie, les honoraires (prestations, cabinet d’expertise comptable, etc.), les crédits-bails (loyer de crédit-bail), la masse salariale hors partie variable (prime, salaires payés à l’heure, charges sociales…) et les dotations aux amortissements d’immobilisations.

Les charges variables et le seuil de rentabilité

Les charges variables sont des dépenses qui fluctuent en fonction de l’activité de l’entreprise. Plus l’entreprise est active, plus le montant des charges variables augmente. Par exemple, cela peut inclure le coût de fabrication des biens ou des services fournis, l’achat de marchandises, la sous-traitance et la partie variable des salaires (primes, contrats à durée déterminée, saisonniers, etc.).

Le calcul du seuil de rentabilité


Le seuil de rentabilité, également appelé point mort, est un élément essentiel à prendre en compte lors de la création d’une entreprise ou lors de l’élaboration de budgets. Il permet d’anticiper le montant minimum de chiffre d’affaires nécessaire pour couvrir les frais fixes.

Pour calculer le seuil de rentabilité, il faut d’abord déterminer le taux de marge sur coût variable. Ce ratio mesure la part du chiffre d’affaires qui peut être utilisée pour payer les frais fixes après avoir couvert les frais variables. Une fois ce taux connu, il suffit de diviser le montant des charges fixes par ce taux pour obtenir le seuil de rentabilité.

Par exemple, imaginons un projet de création d’entreprise dans le domaine du e-commerce. Le créateur estime pouvoir vendre ses produits à 50€ chacun, avec un coût variable de 30€ par produit. Ses charges fixes s’élèvent à 100 000€ par an. En calculant le taux de marge sur coût variable (40%), le créateur doit réaliser un chiffre d’affaires de 250 000€ pour couvrir ses frais fixes. Cela signifie qu’il devra vendre 5 000 produits par an pour atteindre son seuil de rentabilité.

Un autre exemple concerne une entreprise dont l’activité est purement commerciale. Le chiffre d’affaires prévisionnel pour l’année suivante est estimé à 345 000€, avec des charges variables estimées à 0,4% du chiffre d’affaires prévisionnel (138 000€) et des charges fixes estimées à 120 000€. En calculant le seuil de rentabilité, on obtient un montant de 200 000€. Cela signifie que l’entreprise sera rentable à partir d’un chiffre d’affaires supérieur à 200 000€.

Le calcul du seuil de rentabilité est donc essentiel pour évaluer la viabilité financière d’un projet ou d’une entreprise. Il permet de déterminer le montant minimum de chiffre d’affaires nécessaire pour couvrir les frais fixes et atteindre la rentabilité.

Le calcul du point mort

Le point mort, également appelé seuil de rentabilité, est un indicateur clé pour savoir à partir de quand une entreprise devient rentable. Il s’exprime en durée (jours, mois ou années) et se calcule à l’aide d’une formule simple. En utilisant cette formule, on peut déterminer combien de temps il faut à une entreprise pour atteindre son seuil de rentabilité.

Prenons un exemple concret : si le seuil de rentabilité d’une entreprise est de 200 000 euros et que son chiffre d’affaires est également de 200 000 euros, le point mort sera de 360 jours, soit environ 6 mois. Cela signifie que l’entreprise deviendra rentable à partir du 210e jour.

Pour faciliter le calcul du seuil de rentabilité et du point mort, il est recommandé d’utiliser des outils tels qu’un tableur Excel ou un tableau de bord. Ces outils permettent de suivre en permanence ces indicateurs et de mieux piloter l’entreprise.

En résumé, le point mort est un indicateur essentiel pour évaluer la rentabilité d’une entreprise. En le calculant correctement et en le surveillant régulièrement, il est possible d’optimiser la gestion de l’entreprise et de prendre les décisions appropriées pour assurer sa pérennité.

Les difficultés posées par le calcul du seuil de rentabilité

La méthode de calcul du seuil de rentabilité que nous avons expliquée est simplifiée pour faciliter la compréhension. En réalité, lors de l’établissement d’un prévisionnel financier, les calculs peuvent être plus complexes pour plusieurs raisons. Par exemple, il peut être difficile de déterminer avec précision quelles charges sont fixes et quelles charges sont variables. De plus, les charges variables ne varient pas toujours de manière linéaire par rapport au chiffre d’affaires. Il y a aussi des coûts de transport qui ne suivent pas une progression linéaire et des charges fixes qui évoluent par palier.

Il est important de noter que cette méthode ne prend pas en compte les effets de seuil liés à l’augmentation du chiffre d’affaires et l’évaluation des charges peut parfois être complexe. Malgré son imprécision relative, cette méthode a l’avantage d’être simple et permet de faire une première estimation du seuil de rentabilité. Cependant, pour déterminer le seuil de rentabilité d’un projet complet ou complexe, il est souvent recommandé de faire appel à un expert-comptable. Ce professionnel dispose des outils nécessaires pour réaliser un prévisionnel financier précis et peut apporter son expertise dans l’estimation et la répartition des charges.

Chaque entreprise étant unique, il n’existe pas de solution universelle pour dépasser le seuil de rentabilité. Cependant, il est possible d’identifier des modes de fonctionnement qui permettent d’améliorer la performance économique de l’entreprise, ce qui réduira nécessairement le niveau du seuil de rentabilité.

1 : Mettre en place un contrôle de gestion adapté

La gestion d’entreprise n’est pas réservée aux grandes entreprises, mais concerne également les PME, les TPE et même les micro-entrepreneurs. Dès la création de l’entreprise, il est important de s’intéresser à sa gestion. Piloter une entreprise n’est pas compliqué, il suffit de suivre quelques indicateurs clés tels que la trésorerie, le fonds de roulement, le prix de revient, la marge brute, la marge commerciale, le résultat net, le coût de revient, le besoin en fonds de roulement (BFR), le résultat d’exploitation, etc. Un tableau de bord est un outil essentiel pour suivre ces indicateurs. En gardant une comptabilité à jour et en utilisant un tableau de bord, le chef d’entreprise peut être alerté en cas de dérapage et effectuer une analyse financière à court terme pour identifier les raisons du problème.

2 : Adapter l’organisation et la structure de l’entreprise en fonction des besoins et des contraintes

La structure et l’organisation d’une entreprise peuvent avoir un impact significatif sur sa rentabilité. Lors du calcul du seuil de rentabilité, les charges fixes représentent le numérateur, et si elles sont trop élevées, elles peuvent pénaliser les performances de l’entreprise. Il est donc important de travailler sur l’amélioration de la structure et de l’organisation de l’entreprise à plusieurs niveaux. Tout d’abord, il est essentiel d’avoir une structure juridique adaptée à l’activité, que ce soit une Entreprise Individuelle, EURL, SARL, SASU ou SAS. Ensuite, il est important d’avoir une structure et une gestion financière qui permettent à l’entreprise de s’adapter aux besoins du marché, en tenant compte de facteurs tels que la nature de l’actionnariat, les capitaux propres, le flux de trésorerie et la capacité de remboursement. De plus, il est crucial d’avoir une structure de coûts souple et adaptée, en équilibrant les charges fixes et variables, en évaluant les provisions, en calculant la valeur ajoutée et la marge. Enfin, il est essentiel d’avoir une organisation efficace dans les domaines de la production, des ressources humaines et du commercial afin de pouvoir s’adapter aux besoins du marché. Travailler sur ces aspects peut contribuer à améliorer le seuil de rentabilité d’une entreprise.

3 : Disposer d’un conseil en gestion de qualité

La gestion précise d’une entreprise est essentielle dans un environnement concurrentiel de plus en plus exigeant. Pour prendre les meilleures décisions, il est important pour les dirigeants de s’entourer de collaborateurs compétents ou d’un cabinet d’expertise comptable de confiance. Ces professionnels fourniront des informations financières fiables et des outils de gestion indispensables. En analysant les documents comptables, les dirigeants pourront établir leurs charges, calculer leur marge et leur prix de revient, entre autres indicateurs clés. C’est ainsi qu’ils pourront déterminer leur seuil de rentabilité et leur point mort.

Conclusion

Le seuil de rentabilité et le point mort sont des termes importants pour les entrepreneurs qui veulent mieux gérer leur entreprise. Ils permettent de savoir à partir de quand l’entreprise commencera à générer des bénéfices. C’est un indicateur essentiel pour prendre de bonnes décisions. Téléchargez l’article en PDF pour en savoir plus sur le sujet.

Quitter la version mobile